Est-ce Que l’eau est Potable en Turquie

0
778

Est-ce Que l’eau est Potable à Istanbul en Turquie ?

La fameuse bouteille d’eau que tous les touristes voudraient gratuite, mais qui ne l’est pas.
En Turquie l’eau du robinet n’est pas potable.
En Turquie dans la rue, l’eau en bouteille est vendue très peu cher (quelques liras) par les vendeurs à la sauvette, un peu plus cher dans les épiceries et encore plus cher dans les restaurants (1-3 € environ pour un restaurant simple). Voir plus cher si le lieu est chic, ainsi que pendant les spectacles, dans les hôtels et suivant la marque aussi.

Est-ce-que-l'eau-est-potable-à-Istanbul-en-Turquie
Est-ce Que l’eau est Potable à Istanbul en Turquie

 

Si vous ramenez votre bouteille d’eau au restaurant, même pendant un circuit , on vous le fera remarqué et vous demandera gentillement de la ranger et de la garder précieusement pour après .
C’est la politique de tous les pays, n’en soyez pas surpris,vous vous imaginé arrivé au restaurant en FRANCE avec votre bouteille d’eau à la main.

L’eau n’est pas potable pour les touristes comme pour les habitants (de gros bidon d’eau, avec une pompe pour faire plus simple sont livré à la maison) ici comme ailleurs, du moment que l’eau est en bouteille on la paye. 

Pour les plus aventuriers qui voudrait boire l’eau du robinet pour économiser quelques centimes euros, il sera bon d’avaler avant, pendant et après de l’immodium , à moins que vous vouliez que vos vacances se résument à la visite des toilettes turque.

Achetez votre eau pour la journée à l’épicier ou à la sauvette très peut cher, une fois au restaurant, il va falloir vous y faire c’est plus cher 

Si vous voulez faire votre BA participer à la fabrication de siège handicapé, vous trouverez partout dans les rues accroché aux arbres, au sol, de grosses bouteille d’eau vide dans lesquelles sont récolté des bouchons de bouteilles en plastique, pour la bonne cause.

Voila, vous savez maintenant que l’eau est payante partout, pas de carafes, que des bouteilles à Istanbul.

LAISSER UN COMMENTAIRE