Combat de Chameaux en Turquie.

0
1336

Le Combat de chameaux en Turquie n’est qu’une histoire de bosses 

 

Si vous êtes de passage sur la côte TURQUE au mois de JANVIER, que vous aimez les combats et le spectacle haut en couleur, venez voir “Deve Gureşı” combat de chameaux (pas à mort, juste un show : ) , spectacles traditionnelles nomade, fêtes populaire remplissant les gradins par millier chaque année, l’entrée est gratuite.

Le Combat de chameaux en Turquie
Le Combat de chameaux en Turquie

Ce spectacle vient de la culture nomade, la bête est considérée comme un fils, un membre de la famille à part entière ; il est chouchouté, bien traité, il est respecté ; chaque animal à un nom et reçoit tous les traitements vétérinaire nécessaire à sa santé.

Cet événement est un hobby plus qu’un gagne pain, les propriétaires n’en retirent pas de bénéfices, bien au contraire il faut avoir les finances pour pouvoir participer à un tel spectacle.

Le Combat de chameaux en Turquie
Le Combat de chameaux en Turquie

Ce festival s’organise que sur les cotes de la mer Égée, la mer de Marmara et la Méditerranée ; c’est à dire: IZMIR / ANTALYA / AYDIN / DENIZLI /BODRUM …

La qualité du terrain est primordiale, car si celui ci est boueux ou glissant, il peut être dangereux pour les animaux donc tout sera annulé.

Il n’y a pas d’âge limite ni de sexe pour se divertir, en famille on y participe dans la joie et la bonne humeur, dans une atmosphère bonne enfants, on boit, on se goinfre de grillages avant, pendant et après le spectacle, accompagné de musique traditionnelles Turque, de tambours et zurna comme pour la lutte Turque.

Le Combat de chameaux en Turquie
Le Combat de chameaux en Turquie

La veille, les propriétaires fier comme des paons se pavanent dans les rues des villes, en exhibant leur animal tout vêtu de pompons multicolore, à la selle chatoyante.

Le Combat de chameaux en Turquie
Le Combat de chameaux en Turquie

Décoré de la tête au pieds au goût de son propriétaire, un kilim brodé au nom du chameau en suspend sur son arrière train.

Cette coutume remontrait autour d’IZMIR et d’AYDiN à la première moitié du 19ème siècle, une centaine de festivals ont lieu chaque années dans le pays, durant les mois d’hiver .

SELCUK 80km au sud d’IZMIR accueil le plus grand festival de combats de chameaux.

Les bêtes arrivent à l’âge de 4 ou 5 ans, de L’IRAN ET D’AFGHANISTAN ; coûtant leur pesant d’or de plusieurs millier de livres Turcs et sont plus d’un millier actuellement en TURQUIE.

Le Combat de chameaux en Turquie
Le Combat de chameaux en Turquie

En TURQUIE les règles sont strictes, un combat dure environ 10 minutes pour le bien être de l’animal, contrairement au PAKISTAN et AFGHANISTAN ou les combats peuvent allés jusqu’à 3 heures. Pour cette raison les combats de chameaux en TURQUIE ne font pas polémique, ni par les associations de défense animalière ni par le peuple.

Le Combat de chameaux en Turquie
Le Combat de chameaux en Turquie

Comme pour un match de boxe, il y a des arbitres, des juges, un commentateur sportif, tout est organisé et sérieux, femelle contre femelle / mâle contre mâle.

Sur le terrain en générale se déroule un combat par un combat.

La lutte peut commencer: Les deux adversaires se rapprochent, Egemen et Yiğit forment un ciseau  croisant leur cou. Egemen a attrapé la patte avant gauche de Yigit, Yigit enlace et bloque Egemen, mais egemen esquive maintenant c’est Egemen qui enlace yigit, Egemen vient de passer sa tête dans les pattes de son adversaire, le fait tomber et gagne. Son propriétaire remporte un tapis.

Le Combat de chameaux en Turquie
Le Combat de chameaux en Turquie

La plus part des combats se terminent ex-æquo, car ne dure que 10 minutes ! il se peut aussi que le chameau effrayé parte les jambes à son coup et refuse de combattre, c’est alors une honte pour la famille et il se peut qu’il termine en saucisson (boutade bien sure).

Lorsque que les deux chameaux mâles refusent de combattre, comme dans la vrai vie, une femelle vient foutre la zizanie, les excite pour qu’ils se battent.

Ce patrimoine perdure grâce au travail des volontaires et des associations locales. Dépaysant, traditionnel, joyeux, haut en couleur, belles PHOTOS souvenirs assurées.

Que l’on soit pour ou contre, c’est surveillé, contrôlé et surtout il n’y a pas la mort de l’animal, de vrai boxeurs.

UNE PETITE Démo, on aime ou on aime pas ! les propriétaires se précipitent pour séparer les animaux une fois à terre, pour qu’il n’y ai pas trop de bobos.

LAISSER UN COMMENTAIRE